jeudi 3 avril 2014

Lettres inédites de Madame de Sévigné par Judith Gautier.


Un lecteur du blog nous faisait très justement remarquer, hier, que Madame de Sévigné aurait bien été incapable d'authentifier la première édition de ses lettres puisque celles-ci ne parurent, pour la première fois, qu'après sa disparition. Cela enlève malheureusement, comme je l'ai constaté moi-même, beaucoup à l'estimation financière supposée de certains ouvrages posthumes signés de la main de l'auteur…


Ici pas de doute possible ! Les lettres inédites de la Marquise de Sévigné, que je propose aujourd'hui à la vente, sont le seul fruit de l'imagination débordante d'une grande écrivaine que j'ai déjà présentée par deux fois sur le blog (on peut cliquer) : Judith Gautier, fille de Théophile, qui nous prouve encore que son talent était polymorphe… Elle nous offre ici des lettres de la Marquise à Madame de Grignan suite à la visite d'un établissement parisien portant son nom.


L'ouvrage que je vous propose est intéressant à plus d'un titre : C'est un amusant pastiche du style de la Marquise de Sévigné ; il s'agit d'une excellente peinture de la société du 19eme siècle ; il a été publié à petit tirage ; il a été financé par une grande marque de chocolat qui rappelle que la publicité d'alors s'appuyait autant sur la culture du produit que sur la culture générale ; il est nominatif, l'ex dono mentionnant une belle provenance et il est parfaitement illustré.


Madeleine Lemaire peintre et aquarelliste française (1845-1928) tenait un célèbre salon où se rencontraient des personnalités du monde des arts et de la littérature : Proust, Maupassant, Sarah Bernhardt, Dumas fils dont elle fut la maîtresse .... Elle est connue comme le peintre des roses mais on verra ici qu'elle était bien plus que cela.


" Me voici donc à Paris, ma très belle, dans la rue comme je n'y fus guère au temps où je vivois, car je n'allois qu'en carrosse. Le sentiment d'être revêtue d'un corps mortel, auquel il peut survenir maints désagréments et incommodités, n'est point sans me troubler. En reprenant ma défroque humaine, j'y retrouve tous les mauvais plis et imperfections qu'elle comportoit, elle me communique ses appréhensions de chose fragile, si bien que je ne suis pas loin d'avoir peur au milieu de la cohue et du bruit…"  En lisant ceci, je me disais en moi-même  que la résurrection n'aurait pas que du bon  ;-))


Je passe sur le contenu de ces lettres que vous pourrez lire s'il vous venait l'envie de vous offrir cet ouvrage…


" Je dois vous dire, avant de le quitter, que ce siècle où je revis et qui contient des choses qui ne me plaisent point, en contient aussi d'admirables et qui témoignent d'un héroïsme qui passe toute imagination."


A vous faire regretter, après être venue de si loin dans le passé, de voir repartir Madame de Sévigné si vite de notre présent… Pierre


GAUTIER (Judith). Lettres inédites de Madame de Sévigné. Paris,  A la Marquise de Sévigné, 1913. Un volume in folio. Exemplaire broché à couverture illustrée et rempliée. Llettres recueillies par Judith Gautier et illustrées par Madeleine Lemaire, exemplaire numéroté 693/1200 H.C. Exemplaire nominatif au nom de Gabrielle Reval.  Menus défauts. Très bel état. 170 €  +port

2 commentaires:

Bertrand Hugonnard-Roche a dit…

Un très beau livre que j'ai déjà eu 2 ou 3 fois. La gravure qui montre la marquise prenant l'avion pour aller rejoindre sa fille vaut son pesant de cacahuètes !

B.

Pierre a dit…

La fin de l'ouvrage, en prenant de la hauteur, tient un peu moins la route, en effet ;-))

Une très belle qualité d'impression associée à un bon texte. Je ne pense pas garder cet exemplaire longtemps... On verra !

Y a t-il du Madame de Sevigné à la sauce " Curiosa " ? Pierre